La gale de boue: soigner c’est bien, prévenir c’est mieux !

Depuis quelques semaines, l’humidité et le froid s’installent, doucement mais sûrement ! Cette période est propice à l’apparition de certaines pathologies comme la gale de boue. cheval-energy.com, en partenariat avec Ekiense, fabricant français de produits de soin pour chevaux aux actifs 100% naturels, vous propose un tour d’horizon sur cette infection du paturon. Et si vous avez d’autres questions, nous sommes là : contact@cheval-energy.com ou 01 46 91 03 38.

La gale de boue – qu’est-ce que c’est ?

La gale de boue est une infection du paturon consécutive à la prolifération de bactéries et champignons qui se développent en milieu humide.

Une bactérie, Dermatophilus congolensis, est fréquemment  associée à cette pathologie : on parle alors de dermatophilose.

Ce terme est abusivement employé pour qualifier certaines affections de la peau du cheval localisées en bas des membres :

– les crevasses, non infectées

– la gale chorioptique ou « vraie » gale, maladie contagieuse due à un parasite, devenue rare,

– les réactions de photosensibilisation sur les balzanes.

La gale de boue apparaît donc principalement lorsque le cheval est dans un environnement humide ou boueux. Elle atteint le pli du paturon mais peut monter jusqu’au boulet et au canon. Parfois, elle peut même s’étendre sur le dos et la croupe du cheval.

Les symptômes locaux sont facilement reconnaissables : rougeur liée à l’inflammation (visible sur la peau des balzanes), formation de croûtes (facilement reconnaissables lors de dermatophilose : on dit que les poils sont « collés en pinceau »), perte de poils, douleur au toucher (rarement associée à une boiterie), éventuellement crevasses, saignements et œdème (engorgement), rarement des démangeaisons.

Il semble que certains chevaux et certaines peaux (balzanes des chevaux alezan) soient prédisposés.

Heureusement, cette infection du paturon n’est pas contagieuse. Le développement simultané de la gale de boue au sein d’un troupeau est donc dû à l’environnement dans lequel il évolue.

Comment prévenir et traiter la dermatophilose ?

La gale de boue n’est pas dangereuse pour votre cheval si elle est traitée à temps, mais peut être très difficile et longue à soigner. Elle garde donc une forme bénigne lorsque les symptômes sont détectés à temps et qu’elle est bien surveillée. En prévention, il est recommandé de limiter l’accès aux espaces boueux, limiter les douches ou bien sécher les membres après la douche … sans oublier une inspection quotidienne des pâturons !

Si votre cheval est un habitué de cette affection, il est possible d’appliquer un produit hydrofuge, par exemple à base de vaseline, avant toute exposition à l’eau.

Traiter la gale de boue est parfois un vrai parcours du combattant, surtout si l’on a trop attendu. L’important est de ne pas baisser les bras et de passer suffisamment de temps à faire les soins !Voici quelques conseils et astuces pour traiter votre cheval localement :

  • Rentrer votre cheval au box le temps des soins afin de limiter l’humidité.
  • Veiller à ce que la litière soit bien entretenue quotidiennement.
  • Couper au ciseau ou tondre délicatement le bas des membres afin d’éviter la macération.

Attention : chez certains chevaux, le fanon est très développé et sert de gouttière, facilitant l’écoulement de l’eau sans passer par le paturon. Dans ce cas, ne pas le couper et tondre le paturon indépendamment.

  • Nettoyer et désinfecter la zone à traiter à l’aide d’un savon antiseptique doux, par exemple à base de Chlorhexidine, rincer puis sécher avec une serviette éponge propre.

Il est possible de profiter du savonnage pour retirer délicatement les croûtes, une fois qu’elles sont ramollies. Souvent, il est difficile de les retirer en une seule fois.

Si besoin, le savonnage peut être répété les jours suivants,  mais sans abuser car il nécessite d’humidifier la peau !

Vous pourrez ensuite appliquer produit de soin spécifique au traitement de la gale de boue comme le Baume Réparateur Waterproof de chez EKIENSE. Ce soin spécifique va favoriser la cicatrisation et déposer un film de protection résistant à l’eau sur les membres du cheval.

Vous n’arrivez pas à venir à bout de cette infection du paturon ?

Soit vous n’avez pas bien suivi toutes ces recommandations, soit l’atteinte est trop sévère pour que vous vous en sortiez seul, soit il ne s’agit pas de gale de boue.

N’hésitez donc pas à demander conseil à votre vétérinaire. Il sera le plus apte à vous conseiller, réaliser un prélèvement afin d’isoler la cause du problème et mettre en place un traitement adapté, éventuellement une antibiothérapie par voie générale.

En conclusion, n’oubliez pas qu’il vaut mieux agir rapidement et ne pas laisser s’installer cette infection des pâturons qui sera d’autant plus difficile à soigner.

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *